Angoisse de sortir

Angoisse de sortir

10/01/2021

article précédent : Fiche de lecture: Abondance et Liberté, Pierre Charbonnier Tags liés à cet article: perso

Depuis la fin du premier confinement, j’ai développé une angoisse de sortir de chez moi. La plupart du temps, c’est plutôt gérable. Les rares moments où la chose m’a sérieusement handicapé, c’est quand les symptômes de la dépression ont commencé à se sentir plus forts (abattement généralisé, incapacité à penser à l’avenir d’abord de manière positive, puis à y penser tout court).

Cela m’a repris cette semaine, quand on m’a proposé une balade dans l’après-midi. Le début de matinée s’est avéré assez terrible, avec un fonctionnement au ralenti et des petites crises d’angoisses qui me paralysaient au milieu de mes activités. Généralement chez moi, ces crises se soldent par des grosses crampes à l’estomac, des vomissements et une hypersensibilité temporaire. Ces symptômes se sont tous déclenchés au même moment, avec un bilan peu glorieux.

La randonnée s’est du reste excellement bien passée. Sur le chemin pour m’y rendre, je me suis rendu compte d’un fait fort simple mais qui m’a frappé par sa logique. J’avais peur de sortir parce que mon corps et une bonne part de mon cerveau avaient assimilé l’extérieur à un danger. Après trois puis deux mois de confinements, le port du masque généralisé en extérieur, il semble plausible que le contenu de ma boîte cranienne ait enregistré que ce qui se trouve à l’extérieur de mes quatre murs peut me faire du mal. Autrement dit, dans ma chair s’est inscrit la peur du dehors.

Dès lors, que faire pour minimiser ces effets? Car je veux les minimiser, aucun doute là dessus; je suis un squelette sociable qui apprécie la compagnie de ses semblables, d’autant plus quand il en est privé pendant une longue période de temps. Pour l’instant, rationnaliser que ces angoisses ne sont que passagères et espérer qu’elles le soient ne me privent d’aucune opportunité. Espérons que cela continue ainsi.

article précédent : Fiche de lecture: Abondance et Liberté, Pierre Charbonnier
retour en haut de page